Eduardo Manet, romancier et auteur dramatique


Ses pièces ont été présentées plus souvent que celles de tous les autres dramaturges cubains.  Il a gagné sa place dans l'histoire du théâtre français.
Ses oeuvres ont été traduites dans 34 langues. 
Il a été honoré deux fois par la République française. 
Il obtient en 1989 le prix Lugné Poe SACD pour Les Nonnes.
Il a obtenu en 1992 le prix Goncourt des lycéens pour L'Ile du lézard vert (Flammarion) et, en 1996, le prix Interallié pour Rhapsodie cubaine (Grasset).
En avril 2006, Eduardo Manet a été président d’honneur de la Foire du Livre de
Limoges.
 
Président du Jury de l’Aneth, Grand Prix du théâtre en 2006.
 
Il est aussi membre du Jury théâtral d’Amédée consacré aux auteurs de langue
française de la Caraïbe qui s’est tenu en Guadeloupe en juin 2006.
 
Président du Prix Les Deux Océans, destiné aux écrivains d’Amérique Latine.
Biarritz, octobre 2006.
 
Il a été administrateur (théâtre) de la SACD durant 6 ans et actuellement Président du Conseil permanent des écrivains. http://www.cpecrivains.asso.fr/
 
Nous exposons ici un bref résume de la vie littéraire et créative d'Eduardo Manet.   Notre résumé visite les trois étapes suivantes :
1952-1960 premières expériences européennes, la plupart du temps à Paris.
1960-1968 une époque fertile de création dans le tourbillon de la révolution à Cuba qu’il quitte devant l’inadmissible invasion soviétique de la Tchécoslovaquie et le durcissement du régime castriste.
De 1968 à nos jours une présence importante dans les lettres françaises contemporaines.
 
Eduardo Manet est né à Santiago de Cuba le jour d'un tremblement de terre, a commencé à écrire des critiques de théâtre et des entretiens sur Pueblo et Alerta.  En 1948 il a obtenu le prix Prometeo pour Scherzo, sa première pièce qui fut diffusée à la télévision cubaine.   Plus tard il a édité Presagios et La infante que quizo tener ojos verdes.  Il fréquenta à l’époque  les pionniers du théâtre cubain tels que Modesto Centeno, Vicente Revuelta, Minín Bujones, Ángel Espasande, René Buch, Rolando Ferrer, Ramiro Guerra, Tomás Gutiérrez Alea, Francisco Marín, Andrés Castro, Nora Badía, Raúl González de Cascorro, Ramón Ferreira, Flora Díaz Parrado, Virgilio Piñera et Carlos Felipe.
 
Eduardo étudia à l'université de La Havane entre 1946 et 1951 où il a participé aux discussions politiques et où il a rencontré un certain nombre de membres de l’avant garde de la scène cubaine politique et culturelle.  En 1952 il a parcouru l'Europe et s'est établi en France.  À Paris, il fréquenta comme étudiant Tania Balachova et Pierre Berlin.  Il s'incrivit à la Compagnie de Jacques Lecoq et comme acteur voyagea en France et en Italie. Plus tard, il écrivit trois pièces en espagnol et un roman en français : Étrangers dans la ville (Paris, Julliard, l956 épuisé) avant de retourner à Cuba au début (date ?) l960 avec son épouse française et son fils Laurent.
 
La période 1960-1968 fut une explosion de créativité d’Eduardo.  Il est devenu directeur du centre pour des arts dramatiques et a commencé une longue affaire de la vie par le cinéma et l'étape.
En plus de Tránsito (1964), son premier jeu solo (un précurseur thématique des Nonnes), il a produit Napoleón gratuitement (1961), La Santa (1960), El Negro (1960), son premier documentaire, El Club (1962), Portocarrero (1965), Un Día en el Solar (1965), Show (1967) avec en premier rôle Sonia Calero, Salinas (1967), El Huésped (1967), et en conclusion, en 1968 - juste avant qu'il quitte Cuba Alicia, qui dix ans après fut programmé à l’étranger sous le nom d’un metteur en scène progouvernemental en 1976. Un mensonge qui fut immédiatement dénoncé par le New York Times.
Peut-être le film le plus imposant d'Eduardo Manet de cette période fut Un Día en el Solar (1965), la  première comédie musicale cubaine en Technicolor pour grand écran. Récemment un DVD de piètre qualité a été mis en circulation, mais qui laisse entrevoir toutefois un film plein de joie dans une ambiance de voisinage intime d’une petite cour ensoleillée. La parcelle de terrain n'a pas pu être plus claire : Tomás aime Sonia ; Regla aime Tomás ; l'El Chévere va au devant de Sonia ; la Chismosa va au devant de El Chévere.  Toute la journée il y a des querelles et des réconciliations, chantant et criant.
Après seulement un an à Paris sa pièce de théâtre Les Nonnes triomphe.  (Cliquez sur Théâtre pour en savoir plus). Il s’installe définitivement à Paris et poursuit sa carrière féconde de dramaturge et de romancier.